En commandant aujourd’hui un porridge dans un café branché, il est difficile de s’imaginer que celui-ci est l’une des denrées alimentaires les plus anciennes de l’humanité. La bouillie d’avoine chaude, très appréciée pour ses composants sains et ses effets sur les réserves d’énergie et le taux de glycémie, a rarement été aussi tendance. Une recherche Google pour des « Recettes de porridge » donne des millions de résultats et ouvre des possibilités infinies de variantes de porridge et d’idées de préparation.

Le porridge, un aliment aussi vieux que l’humanité

L’origine du mot « porridge » vient d’une part de l’expression « pottage », une déformation du mot français « potage », et d’autre part du terme « pot », qui désigne une casserole en anglais. Le mot « porridge » commence à être utilisé au XVIIe siècle, bien que la pratique consistant à réduire des céréales en les broyant ou en les moulant puis à les cuire avec de l’eau ou du lait, soit bien plus ancienne.

La consommation de plats similaires au porridge jalonne en effet toute l’histoire de la civilisation. Aujourd’hui, les scientifiques estiment que la cuisson de graminées de type céréalier était déjà pratiquée il y a près de 12 000 ans, et qu’elle a accompagné l’évolution de l’humanité de l’état de chasseurs-cueilleurs nomades à celui d’agriculteurs sédentaires. La transformation des céréales ne se limita ensuite pas seulement à la fabrication de bouillie, mais ouvrit également la possibilité de l’épaissir encore davantage pour la faire cuire sont forme de galette ou de brique sur la pierre chaude ou dans la braise, permettant ainsi de la conserver et de la transporter. Cette innovation de la bouillie au pain peut être constatée quasiment simultanément et sur tous les continents. La préparation d’un porridge de riz est attestée en Chine depuis 4 500 ans, tandis que celle de quinoa sous forme de porridge se trouve dans d’autres régions d’Asie depuis plus de 3 000 ans. Le porridge était également consommé dans l’espace méditerranéen, en Afrique et en Amérique du Sud.

Du plat du pauvre et du mélange dans le sens des aiguilles d’une montre

Mais revenons-en au porridge tel que nous le connaissons, qui est surtout comparable à la bouillie d’avoine écossaise. En raison du climat local, l’avoine et l’orge étaient les variétés dominantes de céréales en Écosse, où elles jouaient un rôle central dans l’alimentation. Pour être précis, le porridge écossais consiste à faire mijoter des flocons d’avoine avec de l’eau ou du lait, en mélangeant constamment, et à ajouter une noisette de beurre et une pincée finale de sel. Le porridge écossais traditionnel est actuellement mangé au petit déjeuner, sous forme de plat crémeux et chaud généralement sucré avec du miel ou du sucre. Au XVIIIe siècle, le porridge faisait toutefois figure de « plat du pauvre ». Dans les régions rurales en particulier, l’avoine était à la base de l’alimentation. Le porridge préparé avec cette dernière n’était pas seulement consommé chaud, mais aussi conservé froid dans des récipients en bois. En refroidissant, la bouillie d’avoine durcit et pouvait ainsi être consommée durant plusieurs jours, soit en coupant et grillant des tranches, soit en reformant une bouillie. 

Son importance majeure dans l’alimentation s’accompagna aussi de coutumes étranges pour sa préparation, notamment sur la manière de le mélanger. On utilisait alors déjà un ustensile spécial, nommé « spurtle ». Celui-ci était en fait une baguette ronde, dont le profil étroit permettait d’éviter que les flocons d’avoine collent au bois et forment ainsi des grumeaux dans le porridge. Depuis 1994, le « World Porridge Making Championship » réunit les cuisiniers de porridge du monde entier dans les Highlands écossais, où ils s’affrontent pour remporter la Golden Spurtle. La croyance populaire veut également que remuer le porridge dans le sens des aiguilles d’une montre avec la main droite porte bonheur. À l’inverse, le mélanger dans le sens contraire des aiguilles d’une montre de la main gauche serait source de malheur.

La diversité des porridges Verival

Quoi qu’il en soit, nombreux sont ceux qui trouvent aujourd’hui leur bonheur dans une bonne portion de porridge, qu’il ait été mélangé dans le bon sens ou non. Cela est tout particulièrement vrai des porridges de Verival, par exemple avec le populaire Porridge aux fraises et graines de chia Verival ou avec le Porridge Bircher Verival. Les dix variétés de porridges proposées par Verival sont extrêmement faciles à préparer : il suffit de les arroser d’eau bouillante ou de lait chaud, de mélanger et de laisser reposer trois minutes.  Les porridges Verival comprennent aussi une série de produits sans gluten ainsi que de nombreux porridges véganes.