Une question que l’on s’est tous posée à un moment donné, tant les débats sur le sucre ont fait les gros titres ces dernières années. Dans les crèches, les plateaux de fruits ont remplacé les gâteaux d’anniversaire, tandis que les édulcorants alternatifs ont connu un véritable essor et que l’offre de produits sans sucres ajoutés s’étend dans tous les rayons de supermarché, que ce soit pour le ketchup, les boissons sucrées ou les céréales de petit déjeuner. Nous avons donc demandé à la coach et nutritionniste diplômée MCT Patricia Görgl de nous donner son avis sur le sujet complexe qu’est le sucre. En voici le résultat intéressant :

Le sucre – une autre approche (Patricia Görgl)

Le sucre jouit aujourd’hui d’une réputation plutôt mauvaise. Les livres, articles de blog et reportages sur « le poison blanc » ne manquent pas.

Mais le sucre est-il si mauvais ?

Pour être honnête, je ne peux pas donner de réponse généralisée. Il existe plusieurs faits concernant le sucre qu’il ne faut pas perdre de vue. Je ne suis toutefois pas d’avis que cela devrait être le seul point de vue autorisé sur la question. Partons de la base.

Notre corps a besoin de sucre pour avoir de l’énergie. Nous dépendons du sucre pour de nombreux processus corporels. Celui-ci est également très important pour notre cerveau, qui requiert du sucre pour maintenir idéalement sa structure et son fonctionnement. Étant donné que nous consommons volontiers plus de sucre que nécessaire à notre corps, nous avons un excédent d’énergie. Le corps prend alors cet excédent et l’entrepose dans les graisses. Cette énergie supplémentaire stockée dans les graisses n’est en soi pas mauvaise, surtout dans les situations d’urgence.

Mais à notre époque et dans notre région du monde, rares sont les situations d’urgence où notre corps irait puiser dans ces dépôts de graisses. Pour faire simple, cette énergie excédentaire provoque un surpoids, qui s’accompagne bien entendu de tous ses collègues malsains et mauvais pour la santé.

Le sucre et la MCT

La perception du sucre dans la médecine chinoise traditionnelle est très intéressante, puisqu’elle estime que le sucre affaiblit le YIN. Le YIN est le siège de l’énergie des reins, qui approvisionne notamment les os et les dents dans la MCT. Une consommation trop importante de sucre entame cette énergie, de sorte que nos dents et nos os sont endommagés (bonjour les caries). Globalement, le sucre a un effet congestionnant sur le corps et cet engorgement favorise l’apparition de maladies. Un autre aspect intéressant se produit au niveau des sentiments. Les reins sont également le siège de la volonté, qui est elle aussi affectée par la consommation de sucre. Nous avons ainsi plus de difficultés à prendre des décisions, tendons à l’apathie et nous sentons épuisés.

D’un point de vue mental, cela nous pose encore d’autres questions : Pourquoi ai-je besoin d’autant de sucre  ? Pourquoi devrais-je manger une tablette entière de chocolat ? Et pourquoi un morceau ne suffit-il pas ? Dois-je édulcorer ma vie ? Ai-je besoin de consolation ?

Quelle position adopter maintenant face au sucre ? Puis-je encore en manger ou non ?

À mon avis, la vieille devise éprouvée « Le dosage fait le poison » est ici la bonne réponse. Comme pour tout le reste, il faut s’assurer que la quantité donnée à notre corps est appropriée. Les extrêmes, que ce soit le renoncement complet au sucre ou l’absorption de quantités considérables, sont une fois encore contreproductifs. J’aime bien manger une part de gâteau de temps à autre par exemple, et je suis convaincue que cela ne porte pas atteinte à mon corps.

Personnellement, je pense que la recherche des aliments les « pires » ou les « plus mauvais » ne nous fait pas avancer. Chaque aliment a des bons et des mauvais côtés, en fonction de ce dont le corps a besoin ou non. Au final, les effets secondaires désagréables apparaissent en cas d’excès ou de manque de diversité.

Les discussions permanentes sur l’alimentation et l’angoisse de manger les bonnes choses et surtout pas les mauvaises amènent principalement à de l’insécurité et de la frustration. En conséquence, de plus en plus de personnes se sentent dépassées par le thème de l’alimentation, ce qui entraîne précisément la perte de son intuition ou de sa perception pour ce qui est PERSONNELLEMENT bon pour soi ou non.

Une belle phrase qui m’accompagne depuis des années :

« GOD-MADE FOODS OVER MAN-MADE FOODS »
Les aliments créés par Dieu plutôt que les aliments créés par l’homme.

En décidant de nous concentrer à nouveau sur des aliments naturels plutôt que sur des produits chimiques créés artificiellement, nous nous recentrons volontairement sur notre santé. Adopter une approche prudente vis-à-vis de l’alimentation et des ressources à notre disposition est bénéfique à tous.

Ainsi, pour résumer les propos de Patricia, notre corps a besoin de sucre pour d’innombrables processus de notre organisme. Un excès de sucre est stocké sous forme de graisses, ce qui entraîne un surpoids (en cas de consommation excessive de sucre), une adiposité et donc d’éventuels problèmes de santé. Il n’est toutefois pas efficace, de l’avis de Patricia (qui reflète aussi la position de Verival sur le sujet), d’interdire complètement le sucre. L’idéal est plutôt de trouver un équilibre sain, d’écouter son corps et de lui donner ce dont il a besoin. Pour répondre à la question initiale « Puis-je encore manger du sucre ? », nous répondons donc : « Oui, tu peux ».

Bref portrait de Patricia  

Patricia se consacre au thème de l’alimentation et d’un mode de vie sain depuis toujours (ou presque). Le sujet de la pleine conscience lui a ouvert une nouvelle perspective sur son activité, qu’elle intègre dans son travail et ses ouvrages.

Elle se voit comme initiatrice d’impulsions pour soutenir les gens dans leur cheminement jusqu’à se sentir (à nouveau) bien dans leur peau.

www.patricia-goergl.com