Tout le monde le connaît, tout le monde l’aime. Le muesli pourrait faire office d’aliment de base inofficiel du monde entier, vu la fréquence à laquelle il est acheté et consommé. 😉 Les variations les plus variées du célèbre muesli rappellent d’ailleurs profondément l’importance de cet aliment. Mais que cache l’histoire de ce repas à la fois simple et merveilleusement polyvalent ?

D’où vient le muesli ?

L’histoire du muesli est très ambivalente. Il est difficile de trouver des traces précises de ses origines. Ce que nous appelons aujourd’hui muesli a commencé aux alentours de 1900 avec le médecin suisse Oskar Bircher-Benner, qui a inventé le « Birchermues ». Il s’agissait alors d’un repas proposé aux hôtes du sanatorium « Lebendige Kraft », au Zürichberg (à proximité de Zurich), sous forme de régime complet avec des fruits frais. Il nomma d’abord « mousse » les plats simples à base de pommes ou, en Suisse allemand, « d Spys » (le plat). Il n’a toutefois pas développé ce repas seul. On pense qu’il s’était vu servir un plat similaire sur les alpages, au cours d’une randonnée dans les Alpes. Et c’est justement l’alpagiste qui le servit qui préparait probablement ce plat selon une recette familiale séculaire. Il contenait des flocons d’avoine ramollis, de la pomme râpée, des noix concassées, du jus de citron et une cuillère à soupe de lait condensé. Le lait condensé était alors utilisé plus fréquemment que le lait normal. À l’époque, ce dernier ne pouvait pas encore être pasteurisé et il existait donc un risque accru de contracter la tuberculose.

Une alimentation saine grâce au muesli

M. Bircher-Benner fut l’un des premiers médecins à conseiller une alimentation complète et fait ainsi figure de pionnier de ce mouvement. Il était convaincu que les fruits et légumes crus contenaient des « photons biologiques efficaces » (une théorie qui fut toutefois réfutée plus tard). Le médecin argovien était donc un adepte absolu de la devise « une pomme par jour éloigne le médecin ». À ses yeux, le composant le plus important du muesli n’était pas les flocons d’avoine, mais les pommes. Au départ, le muesli n’était pas un plat réservé au petit déjeuner, puisqu’il était consommé le soir. Ce n’est que plus tard qu’il devint un plat du matin. En Grèce Antique aussi, on misait sur le muesli. « Quiconque tient à sa santé devrait manger chaque matin une bouillie de céréales concassées », déclarait le médecin grec Dioclès vers 400 avant J.-C. Les céréales jouaient un rôle crucial dans la culture alimentaire de l’époque. Étant donné qu’elles étaient très bon marché, faciles à stocker et à transporter, elles constituaient le fondement d’une alimentation complète. Les prémices du muesli étaient ainsi déjà posées. L’investissement nécessaire à la fabrication était toutefois très élevé, pour une durée de conservation plutôt réduite. Le muesli ne fut donc pas dès le début un « succès durable ».


Le muesli aujourd’hui

Au fil des ans, le muesli s’est progressivement éloigné de sa recette originale. À partir de 1920, le muesli commence à être proposé à la carte des restaurants végétariens. Dans les années 1940-1950, le muesli était généralement proposé dans les prisons, les foyers, les couvents et les casernes militaires. La popularité grandissante du plat vit naître toujours plus de variations du plat. Les flocons d’avoine furent ainsi progressivement délaissés pour être remplacés par des mélanges secs généralement industriels, tandis que le lait condensé laissa la place au yaourt, au lait ou à la crème. Aujourd’hui, le muesli est distribué dans le monde entier, après s’être d’abord imposé en Suisse et dans la région des Alpes. Un regard sur les rayons de supermarchés révèle une foule de mueslis différents. La variante prédominante de l’époque repose sur un mélange des flocons de petit déjeuner ou de céréales, de raisins secs, de fruits secs et de fruits à coque. Les raisins secs sont d’ailleurs omniprésents dans les innombrables variétés de mueslis, car ils sont sucrés et peu chers. Et ce en dépit d’avis très partagés sur cet aliment : soit on adore ces petits grains rabougris, soit on les déteste.

Il est néanmoins indiscutable que le muesli joue un rôle important dans l’alimentation des êtres humains. Il jouit aussi d’une place à part dans la culture populaire. En anglais, l’expression « muesli belt » désigne des quartiers typiquement associés à la classe moyenne, dont les habitants font particulièrement attention à leur alimentation. Le muesli a donc pleinement trouvé sa place. Tout ça grâce à un médecin qui voulait s’occuper de la santé de ses patients par le biais de leur alimentation. Il est vrai que le muesli est délicieux. Il faut le dire.

Pour conclure, nous vous quittons avec la recette originale du muesli du Dr. Bircher-Benner. À réaliser soi-même pour découvrir ce qui a fait le succès de ce plat fantastique. 😉

La recette originale du « muesli »

  • 1 cuillère à soupe rase de flocons d’avoine
  • 3 cuillères à soupe d’eau
  • Laisser ramollir pendant 12 heures
  • 1 cuillère à soupe de jus de citron
  • 1 cuillère à souper de lait condensé sucré, à ajouter à la sauce
  • Environ 2 pommes (400 g), de préférence d’une variété acidulée. Juste avant de servir, râpez-les finement avec la peau directement dans le mélange et mélanger un peu, afin que la chair ne brunisse pas.
  • Parsemer d’une cuillère à soupe de noisettes ou d’amandes concassées.