« It is so easy for each of us to make a difference. » (Alon Cohen)

« Chacune et chacun d’entre nous peut faire la différence. C’est facile ! » C’est ainsi qu’Alon Solomon Cohen, le compositeur de la nouvelle chanson Verival Say It Loud de Seventura parle du plus grand défi jamais posé à l’humanité : la crise climatique. Et, en lien avec celle-ci, de la responsabilité collective pour lutter contre le changement climatique en agissant toujours davantage en faveur d’un avenir durable. 

Nous, en tant qu’entreprise bio de la première heure, estimons que ce message est primordial et souhaitons le diffuser aussi largement que possible, notamment grâce à cette chanson. 



Nous avons utilisé notre discussion matinale avec Alon Solomon Cohen, le créateur de Say It Loud, pour l’interroger sur l’inspiration à l’origine de cette chanson, sur sa personnalité en tant que musicien, sur son amour de la nature, et bien plus encore.

Interview avec Alon Cohen

Quelle est l’idée à l’origine de l’écriture de Say It Loud ?

Le texte de la chanson est fortement lié à la crise climatique ainsi qu’à la division de la société, qui peut être observée partout dans le monde. Je crois que l’idée centrale de la chanson peut être résumée ainsi : « be the world you want, don’t just sit and shout » (soyez le monde que vous souhaitez, ne restez pas juste là à crier sans rien faire). Chacune et chacun d’entre nous peut faire la différence !

J’ai écrit le texte après avoir lu une fois encore les nouvelles, ce que je fais toutefois très sporadiquement… J’essaye de ne pas suivre l’actualité tous les jours, car je trouve cela très frustrant. Je m’informe donc environ une fois par semaine sur les événements récents. Notre réalité actuelle est définitivement le thème central de la chanson, mais je pense que nous pouvons et devons garder espoir : « I can be like you, you can be like me, let’s just spoil ourselves and love endlessly… » (je peux être comme toi, toi comme moi, gâtons-nous et aimons-nous sans fin).

Que penses-tu de la crise climatique actuelle et du développement durable en général ?

L’humanité semble enfin commencer à remettre en cause son mode de vie actuel et à évoluer en direction d’une existence plus durable, même si elle a encore beaucoup de chemin à parcourir. Lorsque je vois et lis certaines choses, en particulier lorsqu’il s’agit de la nature et du monde animal, j’ai envie de pleurer (et je le fais parfois). Mais nous devons continuer à espérer qu’il y a des raisons de rester optimistes. Le changement est possible, avant que notre mère la Terre commence à rejeter notre existence.

Chacune et chacun d’entre nous peut faire la différence. C’est facile. Comme beaucoup d’autres, j’ai commencé à réduire ma consommation de viande il y a quelques années. Et je ne bois plus de produits d’origine animale. À la place, je choisis des alternatives végétales au soja, au riz ou à l’amande pour accompagner mon muesli. Lorsque je fais mes courses, je prends toujours des sachets réutilisables. Les principaux défis sont toutefois du côté de la politique et des grandes entreprises, bien entendu. J’admire la jeune génération pour sa capacité à adopter une position ferme et à prendre son avenir en main. Je pense que nous devrions tous voir cela comme quelque chose de positif qui mérite d’être soutenu. Au fond, je suis convaincu que beaucoup de gens comme moi préfèreraient vivre dans un monde où, quel que soit notre âge, nous nous engageons plus fortement pour la protection de l’environnement. Car sans lui, nous ne pouvons pas exister.

Quand et comment as-tu décidé de vivre de ta musique ?

J’ai commencé la batterie à l’âge de sept ans. Faire de la musique a toujours été au cœur de ma vie. Je suis extrêmement heureux et reconnaissant d’être né avec le « gène de la musique ». Avec le temps et une bonne dose de travail acharné, les choses se sont doucement mises en place, les bonnes relations se sont créées et j’ai pu passer à un travail plus sérieux.

Des années de création musicale à Londres, Brighton (Royaume-Uni), et plus récemment à Fuerteventura (Espagne) m’ont aidé à consolider mes connaissances et mes compétences. Elles m’ont apporté chances et opportunités et m’ont amené là où je suis aujourd’hui.

Que préfères-tu dans la musique ?

La musique est ma thérapie (avec le kitesurf 🙂 ). J’adore m’asseoir avec mes partenaires de Seventura et le bassiste Jörg Schanze pour travailler sur une nouvelle idée de chanson. Rien ne vaut l’ajout d’une ligne de synthé à trois heures du matin ou l’écoute de la chanson finie après trois heures passées à la table de mixage. Il n’existe aucune garantie. Mais quand des choses se passent, je ne peux m’empêcher de sourire de toutes mes dents et de ressentir une profonde sensation de satisfaction.

Comment te décrirais-tu en tant qu’artiste ?

Ma passion est mon moteur. Je pense que c’est le cas pour beaucoup d’artistes. Pour moi, personnellement, la musique accompagne mes deux autres grandes passions : la nature et le sport. Ce trio art-nature-sport est ma source d’équilibre. Il me permet de voir la vie du bon côté et de grandir, en tant qu’individu et en tant qu’artiste. Et il m’aide aussi à être créatif.

Quelle importance accordes-tu au temps passé dans la nature ?

Être dans la nature est essentiel pour mon existence ! J’ai grandi dans une ferme. Ma vie quotidienne était donc en partie rythmée par le travail en plein air. À l’école, les meilleurs jours étaient ceux où nous avions sport. 🙂 Aujourd’hui, être dehors signifie plusieurs choses pour moi : jardiner, faire du kitesurf quand il y a du vent, gravir une montagne ou aller courir. Et, bien entendu, découvrir de nouveaux endroits. Récemment, je suis par exemple allé randonner dans les Pyrénées, dans la superbe vallée d’Ordesa.

Mer ou montagne ? Et pourquoi ?

Excellente question ! La réponse évidente serait de dire l’océan, mais comme je suis constamment en quête de changement, j’aime tout autant les montagnes. Si je devais me décider, j’opterais malgré tout pour mon terrain de jeu turquoise et mouillé, la merveille de notre planète que nous devons impérativement protéger au plus vite.

As-tu un rituel matinal, et si oui, lequel ?

Mon rituel matinal commence par un grand verre d’eau, car je ne bois pas de café. Il est suivi d’une brève séance de méditation et de mon cours d’espagnol en ligne. Vient ensuite le petit déjeuner, qui est normalement composé de muesli, de fruits et de lait de soja.

Quel est ton petit déjeuner préféré ?

Comme je viens de l’évoquer, le muesli est généralement mon petit déjeuner par excellence. Il m’arrive toutefois de prendre un gros petit déjeuner avec des œufs, éventuellement du saumon, de la salade et du fromage. Mais là encore, je le finis par un bon bol de muesli, donc je dirais que ce dernier est définitivement mon petit déjeuner préféré.



Merci Alon, non seulement pour cette merveilleuse chanson, mais aussi d’avoir pris le temps de répondre à nos questions. Ce fut un plaisir !

Vous pouvez aussi écouter Say It Loud avec notre nouvelle vidéo, dans laquelle nous avons accompagné en montagne trois des sportives et sportifs que nous soutenons régulièrement avec nos mueslis et porridges. Entourés du calme et de la beauté des Alpes tyroliennes, nous voulons ainsi montrer ce qui nous pousse chaque jour à créer le meilleur petit déjeuner bio pour vous :